Newsletter 2020 N°6

La crise est encore et toujours une occasion...

Chèr(e)s collègues, chèr(e)s ami(e)s,

la seconde vague de la pandémie nous laisse plus incertain(e)s encore et pèse de
plus en plus manifestement sur nos patient(e)s, même non impacté(e)s
directement dans leur travail ou dans leur milieu. Décidons d’autant plus de
continuer à voir en elle une occasion de repenser les choses.

En outre, beaucoup de projets sont mis en veilleuse. Néanmoins, tout ne s’arrête pas. Du côté des institutions, plusieurs membres de l’APPPsy sont désormais membres à nouveau, ou pour la première fois, des Conseils Disciplinaires ou de l’Assemblée Plénière de la Commission des Psychologues. La répartition des sièges avec droit de vote répond certes à une logique inique : en matière clinique, ils vont tous à la VVKP dont le but avoué est de torpiller la Commission des Psychologues ! Nous avons écrit au Ministre des Indépendants à ce propos mais en toute fin de législature. Nous renouvellerons donc cette interpellation auprès du nouveau ministre (David Clarinval) et demanderons à le voir - en compagnie de l’Union Professionnelle des Psychologues et de son nouveau président Emmanuel Declerck - pour discuter avec lui du statut des psychothérapeutes hors loi De Block.

Cela dit, la nomination de Frank Vandenbroecke au poste de la santé est plutôt une bonne nouvelle. Au vu du contexte, nous attendrons un peu pour l’entreprendre — mais nous le ferons le plus tôt possible. C’est l’occasion aussi de reparler de Maggie De Block. En fin de mandat, à la demande de l’APPPsy, Sophie Rohonyi (déFI) l’a interpellée à propos de sa lettre à la VVKP (Koen Lowet) où – en dépit de la loi – elle dispensait les psychologues de l’inscription obligatoire à 2 la Commission des Psychologues. Cette fois, Madame De Block a dû s’incliner et rappeler officiellement les termes de la loi.

À titre personnel, je dois avouer que je regretterai Maggie De Block : les matins de déprime et de grisaille, elle me donnait le sentiment d’être bienveillant et intelligent.

Moins bienveillant est le professeur Jacques Van Rillaer : depuis des années, ce «déconverti» de la psychanalyse (c’est lui qui le souligne) semble avoir voué sa vie à la critique de Freud et de sa postérité. Pour lui, sans nuances et de la façon la plus tendancieuse qui soit, imposture et charlatanisme sont les mamelles de la psychanalyse. Quel étonnement donc de voir une émission grand-public noncontradictoire de la RTBF, donner l’antenne unilatéralement à ce polémiste à une heure de grande écoute.

Laurent Dehossey – le réalisateur de l’émission quotidienne sur La Première “Un jour dans l’histoire” -ayant été saisi par moi-même et par divers de nos membres a proposé courtoisement de m’inviter à parler autrement de Freud, le mardi 27 octobre à 13h15. L’intervention du professeur Van Rillaer peut être réécoutée sur le site “Auvio” de la RTBF.

Je joins enfin à cette lettre, à titre d’information, un message de nos collègues d’Alter-psy, très soucieux de la santé de l’ex-Ministre de la Santé.

Bien cordialement à toutes et à tous,

Francis Martens
Président de l’APPPsy