• Pour un réel Conseil Supérieur de la Santé Mentale

    Depuis une douzaine d'années, l'APPPsy propose la création d'un chapitre 3 - «Les professions de la santé mentale» - au sein de l'Arrêté Royal 78 sur les professions des soins de santé. Il s'agit en effet de tenir compte de la réalité spécifique tant sociale que clinique où s'inscrivent les problématiques de la santé mentale. Et tout aussi bien de son impact budgétaire sur la santé tout court, vu le fort taux de comorbidité somatique accompagnant tout au long d'une vie les souffrances psychiques. Plus précisément, l'organisation des soins de santé - si elle se veut rigoureuse - se doit de tenir compte de la nature socio-clinique du terrain de la santé mentale, de sa nécessaire interdisciplinarité, ainsi que des modalités propres d'organisation, de formation et d'évaluation qui le caractérisent. Dans cette foulée, nous proposons depuis tout aussi longtemps la création d'un véritable «Conseil supérieur de la santé mentale» où les diverses professions concernées puissent se concerter et répercuter dans le champ du politique ce que l'effondrement individuel nous apprend de la souffrance collective. Le travail de prévention s'avère ici capital. Si Madame De Block nous a volé le mot, la caricature corporatiste nommée par elle «Conseil de la santé mentale» n'a malheureusement rien à voir avec ce que nous défendons.
    Télécharger (.pdf 0Ko)

APPpsy asbl  |  53, rue du Président  |  1050 Bruxelles  |