• Entre arrogance, tricherie et incompétence : la loi De block sur la psychothérapie.

    La loi sur la psychologie clinique et la psychothérapie issue du cabinet De Block (2016) constitue un déni de démocratie, abrogeant sans débat une loi de consensus élaborée au fil de plusieurs années et dont la ministre était chargée de publier les arrêtés d'application. Cette loi, votée majorité contre opposition (c'est-à-dire avec pour seul soutien francophone le MR, ravalant sans état d'âme son vote d'adoption de la loi Onkelinx en 2014), hypothèque très gravement la formation à la psychothérapie. De plus, elle nie la spécificité de la psychologie clinique en la ramenant à une vision purement techno-médicale de la santé. Les psychologues naïvement corporatistes qui ont poussé à son adoption ont contribué non seulement à détruire la profession de psychothérapeute (réduite à des «actes techniques») mais à réduire désormais le psychologue au rang de petite main du médecin — dépendant de surcroît, pour pouvoir exercer, du visa des Commissions médicales provinciales. Il ne s'agit plus entre psychologie clinique et médecine d'égalité dans la complémentarité, mais d'assimilation et de subordination à un modèle sans rapport avec ce qui fonde la relation psychothérapeutique.

APPpsy asbl  |  53, rue du Président  |  1050 Bruxelles  |